NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Brésil : un mystérieux déversement de pétrole menace la biodiversité marine

Plus de 4 000 tonnes de résidus de pétrole brut de source inconnue se sont répandus sur le littoral nord-est du pays depuis la fin août, contaminant des centaines de plages, estuaires, récifs et mangroves le long d’un littoral de 2 500 kilomètres.

Des scientifiques de la marine brésilienne surveillent de près l’incursion d’une mystérieuse marée noire dans le plus grand point chaud de la biodiversité de l’Atlantique Sud. La région, connue sous le nom d’Abrolhos, abrite près de 9 000 kilomètres carrés de récifs dans des eaux chaudes et peu profondes le long de la partie centrale du littoral brésilien.

« Le pétrole arrive, cela pourrait être tragique »

Les inquiétudes se sont accrues fin octobre lorsque la vague de nappes de pétrole a commencé à empiéter sur la frontière nord de la région de l’Abrolhos, sur la côte sud de l’État de Bahia. Le 2 novembre, les premières petites quantités de pétrole étaient présentes sur les côtes rocheuses de l’archipel du parc national marin d’Abrolhos, à 60 km des côtes, abritant certaines des espèces marines les plus emblématiques du Brésil, telles que le corail cerveau brésilien, une variété endémique (Mussismilia braziliensis) et le poisson perroquet bleu (Scarus trispinosus), une espèce en voie de disparition.

Une flotte de navires de la marine patrouille dans la région depuis le 30 octobre, cherchant à repérer et à intercepter toute grande quantité de gisements de pétrole. Malheureusement aucune action de grande ampleur ne peut être effectuée pour les petites taches qui doivent être nettoyées à la main.

« Le pétrole arrive. Il reste à voir en quelle quantité et quels écosystèmes seront touchés, mais cela pourrait être tragique », a déclaré Rodrigo Leão Moura, scientifique en sciences marines à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), qui surveille la crise.

Les analyses chimiques ont indiqué que le pétrole venait du Venezuela, mais la source du déversement était un mystère complet pendant les deux premiers mois de propagation. Le gouvernement du président Jair Bolsonaro a été vivement critiqué pour ne pas avoir réagi suffisamment rapidement ou énergiquement à la vague de contamination. Bien qu’elle ait finalement déployé des navires et des troupes pour aider au nettoyage, l’administration a également tenté de blâmer les ONG et les « conspirateurs de gauche » pour la crise, comme ce fut le cas pour les incendies massifs et le taux de déforestation croissant en Amazonie. Le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, a même tweeté le 24 octobre l’image d’un navire de Greenpeace, suggérant – sans aucune preuve – qu’il était responsable du déversement.

Un environnement qui subit déjà les effets du réchauffement climatique

Vendredi, la police fédérale brésilienne a finalement dévoilé le nom d’un véritable suspect : le Bouboulina, un pétrolier grec qui a traversé la côte nord-est du Brésil fin juillet, transportant pour un million de barils de pétrole brut du Venezuela à la Malaisie. Selon l’enquête, des images satellitaires montrent une grosse tache d’huile apparaissant au large le 29 juillet, à environ 730 kilomètres de la côte de Paraíba, au passage de la Bouboulina. La compagnie responsable du navire nie toute responsabilité et affirme que la Bouboulina a livré toute sa cargaison en Malaisie.

Les enquêteurs fédéraux ont estimé que la Bouboulina avait déversé – accidentellement ou intentionnellement – environ 2,5 millions de tonnes de pétrole brut.

Ronaldo Francini Filho, biologiste marin à l’Université fédérale de Paraíba de João Pessoa, estime que toute quantité d’huile atteignant cette semaine Abrolhos suscitera des inquiétudes. Son équipe envisage d’inspecter les récifs avec un véhicule téléguidé.

« C’est un environnement extrêmement sensible, qui subit déjà les effets du changement climatique et d’autres impacts anthropiques », s’inquiète Francini Filho.

Outre ses nombreux habitats de récifs coralliens, Abrolhos est un sanctuaire important pour les oiseaux de mer et les baleines à bosse et une destination importante pour l’écotourisme marin. Son parc national marin de 880 kilomètres carrés, fondé en 1983, est le plus ancien du Brésil.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • https://www.scoop.it/topic/the-future-of-ocean/p/4112420757/2019/11/11/zegreenweb-portail-grand-public-d-information-et-de-services-dedie-au-developpement-durable-et-au-bio zegreenweb : portail grand public d’information…

    [...] Plus de 4 000 tonnes de résidus de pétrole brut de source inconnue se sont répandus sur le littoral nord-est du pays depuis la fin août, contaminant des centaines de plages, estuaires, récifs et mangroves le long d’un littoral de 2 500 kilomètres. Des scientifiques de la marine brésilienne surveillent de près l’incursion d’une mystérieuse marée noire dans le plus grand point chaud de la biodiversité de l’Atlantique Sud. La région, connue sous le nom d’Abrolhos, abrite près de 9 000 kilomètres carrés de récifs dans des eaux chaudes et peu profondes le long de la partie centrale du littoral brésilien. « Le pétrole arrive, cela pourrait être tragique » Les inquiétudes se sont accrues fin octobre lorsque la vague de nappes de pétrole a commencé à empiéter sur la frontière nord de la région de l’Abrolhos, sur la côte sud de l’État de Bahia. Le 2 novembre, les premières petites quantités de pétrole étaient présentes sur les côtes rocheuses de l’archipel du parc national marin d’Abrolhos, à 60 km des côtes, abritant certaines des espèces marines les plus emblématiques du Brésil, telles que le corail cerveau brésilien, une variété endémique (Mussismilia braziliensis) et le poisson perroquet bleu (Scarus trispinosus), une espèce en voie de disparition. Une flotte de navires de la marine patrouille dans la région depuis le 30 octobre, cherchant à repérer et à intercepter toute grande quantité de gisements de pétrole. Malheureusement aucune action de grande ampleur ne peut être effectuée pour les petites taches qui doivent être nettoyées à la main. « Le pétrole arrive. Il reste à voir en quelle quantité et quels écosystèmes seront touchés, mais cela pourrait être tragique », a déclaré Rodrigo Leão Moura, scientifique en sciences marines à l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), qui surveille la crise. Les analyses chimiques ont indiqué que le pétrole venait du Venezuela, mais la source du déversement était un mystère complet pendant les deux premiers mois de propagation. Le gouvernement du président Jair Bolsonaro a été vivement critiqué pour ne pas avoir réagi suffisamment rapidement ou énergiquement à la vague de contamination. Bien qu’elle ait finalement déployé des navires et des troupes pour aider au nettoyage, l’administration a également tenté de blâmer les ONG et les « conspirateurs de gauche » pour la crise, comme ce fut le cas pour les incendies massifs et le taux de déforestation croissant en Amazonie. Le ministre de l’Environnement, Ricardo Salles, a même tweeté le 24 octobre l’image d’un navire de Greenpeace, suggérant – sans aucune preuve – qu’il était responsable du déversement. Un environnement qui subit déjà les effets du réchauffement climatique Vendredi, la police fédérale brésilienne a finalement dévoilé le nom d’un véritable suspect : le Bouboulina, un pétrolier grec qui a traversé la côte nord-est du Brésil fin juillet, transportant pour un million de barils de pétrole brut du Venezuela à la Malaisie. Selon l’enquête, des images satellitaires montrent une grosse tache d’huile apparaissant au large le 29 juillet, à environ 730 kilomètres de la côte de Paraíba, au passage de la Bouboulina. La compagnie responsable du navire nie toute responsabilité et affirme que la Bouboulina a livré toute sa cargaison en Malaisie. Les enquêteurs fédéraux ont estimé que la Bouboulina avait déversé – accidentellement ou intentionnellement – environ 2,5 millions de tonnes de pétrole brut. Ronaldo Francini Filho, biologiste marin à l’Université fédérale de Paraíba de João Pessoa, estime que toute quantité d’huile atteignant cette semaine Abrolhos suscitera des inquiétudes. Son équipe envisage d’inspecter les récifs avec un véhicule téléguidé. « C’est un environnement extrêmement sensible, qui subit déjà les effets du changement climatique et d’autres impacts anthropiques », s’inquiète Francini Filho. Outre ses nombreux habitats de récifs coralliens, Abrolhos est un sanctuaire important pour les oiseaux de mer et les baleines à bosse et une destination importante pour l’écotourisme marin. Son parc national marin de 880 kilomètres carrés, fondé en 1983, est le plus ancien du Brésil.  [...]