NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

BP peut à nouveau tenter d’obtenir le droit de forer dans le Golfe du Mexique

BP peut à nouveau tenter d'obtenir le droit de forer dans le Golfe du Mexique
BP participera au prochain appel d'offres sur les droits de forage dans le Golfe du Mexique, au grand désarroi des écologistes américains...

On était en droit d’attendre que tous les enseignements de l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon seraient tirés. Qu’en fait de grandes promesses et de mesurettes l’administration américaine allait taper un grand coup de poing sur la table et revoir en profondeur la réglementation régissant l’exploitation pétrolière offshore. Que Washington allait (enfin) tenir tête au tout-puissant lobby de l’or noir, quand bien même celui-ci et des républicains de nouveau d’aplomb marchent main dans la main depuis toujours…

Vu la rhétorique très ferme du président Obama, il ne faisait aucun doute que le groupe BP, locataire de la plate-forme précitée et qui, entre autres fautes de goût, a eu le toupet de ne pas faire figurer les dommages provoqués par l’accident dans son dernier rapport développement durable au motif que les estimations divergent, allait souffrir mille tourments pendant des années. Au point de ne plus avoir le droit de prospecter dans les eaux territoriales américaines ? Certains – assez peu nombreux – y ont cru, des millions d’Américains l’auraient souhaité mais leurs derniers espoirs d’excommunication ont sans doute été anéantis avec la décision des pouvoirs publics de ré-autoriser l’entreprise britannique à participer aux appels d’offres pour les droits de forage dans le Golfe du Mexique. Prise la semaine dernière, elle a sans surprise déclenché un tollé auprès des écologistes, lesquels considèrent que l’administration Obama – déjà très critiquée durant la crise – n’a pas fait le nécessaire pour réduire au maximum les risques de catastrophe.

« Ce ne sont pas simplement les opérations de BP qui sont profondément imparfaites […] Aucune compagnie pétrolière ne peut affirmer avec certitude qu’elle peut forer en toute sécurité et on ignore comment elle compterait procéder si les choses tournaient mal », a déploré Craig Bennett, directeur des politiques et des campagnes des Amis de la Terre, pour qui les gouvernements dans leur ensemble devraient interdire « tous les forages en eaux profondes plutôt que d’attendre un nouveau Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique ou partout ailleurs dans le monde ».

« La question est : devez-vous infliger une peine de mort administrative fondée sur un accident ?” Nous avons conclu que ce n’était pas approprié », a de son côté laconiquement indiqué Michael Bromwich, responsable du Bureau of Safety and Environmental Enforcement. Un tout nouvel organisme qui, malgré un intitulé alléchant, n’a donc pas jugé bon de sortir plus longtemps de la boucle le principal responsable d’une marée noire sans précédent dans l’histoire des États-Unis, cataclysme qui a de surcroît provoqué la mort de onze ouvriers.

BP a beau avoir révisé ses normes de sécurité depuis, ne pas avoir tous les torts dans ce désastre et ne pas être encore autorisé à forer de nouveaux puits, il n’y a rien de scandaleux à trouver la pilule particulièrement difficile à avaler…

Crédits photos : flickr – Mike Baird / Ken Lund
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • dk

    On prend les mêmes et on recommence!!!