NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Bientôt du saumon transgénique dans nos assiettes ?

Bientôt du saumon transgénique dans nos assiettes ?
L'entreprise américaine Aqua Bounty a mis au point un saumon génétiquement modifié qui pourrait être prochainement commercialisé aux États-Unis

Puristes qui ne jurez que par le norvégien et l’écossais accrochez-vous, habitués de la Maison du Danemark ou d’autres hauts lieux de la gastronomie nordique tenez-vous bien : la Food and drud administration (FDA) pourrait bientôt autoriser la commercialisation d’un saumon génétiquement modifié aux États-Unis. Et du même coup être à l’origine d’un déferlement de poissons transgéniques sur le Vieux Continent, suivant le principe communément admis d’exportation systématique des modes et concepts américains en Europe ? Nous n’en sommes certes pas encore là mais d’après le très sérieux New York Times l’organisme aurait déjà validé cinq critères scientifiques sur les sept qui lui ont été soumis.

C’est comme souvent dans pareil cas l’abattement – en l’occurrence préventif puisque rien n’est encore définitif – du côté des scientifiques attachés au principe de précaution, lesquels ne devraient pas tarder à être rejoints par les écologistes dans le concert des voies discordantes. « Aucune personne extérieure ne peut avoir accès aux données ou les critiquer », a notamment déploré Margaret Mellon responsable des questions alimentaires et environnementales à l’Union of concerned scientists.

Du côté d’Aqua Bounty, l’entreprise américaine à l’origine du poisson « mutant », on insiste sur le fait qu’il a été « conçu pour des élevages clos » et que seules « des femelles stériles » ont vu l’un de leurs gènes transformé pour « éliminer tout risque de contamination » des saumons ordinaires. Du coup l’optimisme est de mise et le directeur exécutif Ronald L. Stotish a parié sur une autorisation définitive « dans les tous prochains mois ». Quant à l’apparition des premiers « SGM » dans les rayons de supermarchés, elle serait envisageable  d’ici deux ou trois ans.

Fruits de plus de vingt ans de recherche, les femelles transgéniques ont fait l’objet d’une modification du codage du gène contenant l’une de leurs hormones de croissance pour grandir plus rapidement. Celle-ci n’étant pas sécrétée dans l’eau froide, la manipulation génétique visait à lui faire produire ladite hormone tout au long de l’année et indépendamment de la température de l’eau. Les saumons d’Aqua Bounty atteignent ainsi leur « maturité commerciale » au bout de seize à dix-huit mois, soit deux fois plus vite qu’un saumon ordinaire.

Une approbation de la FDA pourrait-elle faire jurisprudence ? Ce poisson serait en tout cas « le premier animal transgénique destiné à l’alimentation humaine qui serait approuvé par (l’organisme) » et son approbation constituerait un signal à l’adresse des concepteurs d’animaux génétiquement modifiés et autres chercheurs consacrés à l’élaboration de viandes synthétiques. À quand des vaches armées contre l’encéphalopathie spongiforme bovine à l’Hippopotamus ? Au train où semblent aller les choses, sans doute plus vite qu’on aurait pu le croire.

Crédit photo : Flickr – Allerina and Glen MacLarty
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !