NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Bertrand Delanoë veut rendre les voies sur berge aux piétons

Bertrand Delanoë veut rendre les voies sur berge aux piétons
Bertrand Delanoë espère "faire baisser la pollution" et surtout "donner à Paris une occasion de bonheur". Il se donne deux ans pour mettre en œuvre ce projet titanesque, évalué à 40 millions d’euros

Le maire de Paris a présenté la semaine dernière son projet de « reconquête des quais de seine ». D’ici l’été 2012, 2,5 km de voies express rive gauche pourraient être entièrement fermés à la circulation, au profit de pistes cyclables, espaces verts et autres activités ludique. De l’autre côté du fleuve, rive droite, seules deux files de circulation seraient conservées pour permettre l’aménagement d’une voie piétonne et faciliter l’accès aux voies sur berges.

Terrains de volley-ball, cafés et terrasses, voies piétonnes et même un cinéma flottant, la municipalité déborde d’imagination pour réduire la place des voitures, diminuer la pollution et rendre Paris aux piétons. Elaboré dans le plus grand secret par Jean-Christophe Choblet, instigateur de Paris-Plage, ce projet dont le coût a été estimé à quarante millions d’euros prévoit de fermer à la circulation automobile les quais allant du pont de Solférino au Pont de l’Alma, offrant une promenade de plus de deux kilomètres. Selon une étude réalisée par la Direction de la Voirie et des Déplacements, le temps de trajet pour relier la capitale d’est en ouest s’allongerait d’environ 6 minutes.

Fermer totalement l’accès aux automobilistes rive droite était inenvisageable car il en aurait résulté une paralysie quasi-totale du trafic en direction de l’est. Après avoir étudié minutieusement les flux de circulation avec l’Atelier Parisien d’Urbanisme, Bertrand Delanoë et Jean-Christophe Choblet se sont donc mis d’accord pour conserver deux voies de circulation et y installer au moins quatre feux rouges afin de contraindre les automobilistes à ralentir (de 50 à 40km/h). Des agréments qui ne devraient pas engorger la circulation, puisqu’environ 25% du trafic se reportera sur d’autres grands axes comme le Boulevard Saint Germain et le périphérique ou sur les quais hauts.

Sport et culture mis à l’honneur

Piétons et cyclistes pourront profiter de voies piétonnes, terrains de sports, jardins botaniques et autres guinguettes tout le long du fleuve, le tout étalé sur une surface d’environ cinq hectares. Un café flottant et un « ludobarge » abritant des animations sportives devraient par ailleurs être installés en contrebas de l’Hôtel de Ville. Un marché aux fleurs et un jardin botanique sont également envisagés sous le Musée du Quai Branly, et il est question d’installer un skate-parc, un terrain de beach-volley ainsi que des espaces de travail et de lecture sous serre à proximité du Pont des Invalides. Bertrand Delanoë a même imaginé de spectaculaires gradins qui descendraient jusqu’à la Seine, ainsi qu’un archipel d’îles artificielles. Un projet dans la droite ligne de Paris plage et Paris Respire (fermeture des quais et «piétonnisation » de certaines rue le dimanche).

Les desseins municipaux seront pour la première fois discutés au Conseil de Paris en juillet et le projet pourrait être voté à l’automne. Le Préfet de Police de Paris, Michel Gaudin, n’y semble pas opposé et y voit même l’opportunité de repenser toute l’organisation de la circulation dans la capitale. Le fait qu’il ne soit pas hostile par principe aux nouvelles velléités de la mairie est un élément fondamental dans la mesure où la Préfecture gère la circulation sur les voies sur berge dans la capitale.

Bertrand Delanoë a promis une large concertation sur le sujet. « Je n’engage ni le préfet de police ni le port autonome de Paris (NDLR : propriétaire des lieux) mais j’avais besoin de leurs compétences techniques pour nos projets », a précisé le maire de la capitale. Il devrait pouvoir compter sur le soutien de certains responsables de l’opposition municipale qui ont trouvé la démarche « intéressante ». Il s’agira toutefois aussi de convaincre le Port autonome de Paris mais aussi l’architecte des bâtiments de France, ce qui pourrait être plus difficile que de susciter un consensus politique.

Crédit photo : © Mairie de Paris
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !