NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Aux Etats-Unis, on peut enseigner le climatoscepticisme…

Aux Etats-Unis, on peut enseigner le climatoscepticisme…
Ardemment combattue par les écologistes et les parents d'élèves, la loi a quand même été votée.

Une loi a été promulguée avant-hier dans le Tennessee. Aussi indécent que cela puisse paraître, les professeurs de biologie qui ne croient pas au réchauffement climatique y ont désormais le droit d’enseigner que celui-ci n’existe pas.

Grandement décrié par les écologistes, le projet de loi qui a vu le jour le mois dernier a au bout du compte été adopté. Le gouverneur Bil Haslam, évidemment conservateur jusqu’au bout des ongles, n’a en effet pas jugé bon de répondre à l’appel des enseignants et des parents d’élèves de lui opposer son droit de veto.

Concrètement, la loi n’exige pas l’enseignement d’alternatives aux théories scientifiques d’évolution et du changement climatique. Elle vise en revanche à empêcher des administrateurs scolaires de « contenir » les professeurs qui peuvent alors donner libre cours à leurs convictions climato-sceptiques, quelle qu’elles soient, même si celles-ci peuvent sembler très éloignées d’un raisonnement scientifique et logique cohérent.

L’instigateur principal de ce projet de loi qui n’a sans doute pas fini de faire parler de lui, le sénateur républicain Bo Watson, a déclaré qu’ il était destiné à donner aux enseignants la clarté et la sécurité pour discuter des idées alternatives à l’évolution et au changement climatique que les étudiants peuvent avoir appris à la maison et qu’ils veulent explorer en classe. Il s’est également félicité que le gouverneur ait estimé que ce projet de loi ne soit pas synonyme des dérives épinglées par ses détracteurs, comme changer le curriculum de l’enseignement.

Reste que selon l’Association Nationale des Enseignants en Biologie américaine, citée par nos confrères du Guardian et dont le point de vue est tout sauf marginal, « des concepts tels que l’évolution et le changement climatique ne devraient pas être présentés à tort comme controversés ou ayant besoin d’une évaluation spéciale ».

Au Texas et en Louisiane, des normes d’enseignements incitaient déjà les professeurs à s’appesantir sur le déni du changement climatique, lequel, malgré le torrent d’études qui confirment son existence, peut-être considéré comme une position scientifique viable. Depuis avant-hier, le climato-scepticisme a en plus quelque chose en lui de Tennessee.

Crédits photos: Wikimedia Commons – Brian Stansberry / flickr - ttarasiuk
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • Jf-Henri

    Bravo !