NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Automobilistes et cyclistes s’entendent de mieux en mieux

Automobilistes et cyclistes s’entendent de mieux en mieux

Vélos et voitures : nous sommes nombreux à avoir pu constater que la cohabitation n’est pas toujours facile. Les études récentes menées à ce sujet démontrent cependant que les conducteurs sont de plus en plus respectueux des  utilisateurs de deux roues.

Les municipalités qui ont entrepris de construire de nouvelles pistes cyclables se comptent désormais par milliers partout dans le monde. D’une manière générale elles s’emploient en permanence à sécuriser le bitume afin d’encourager les citadins à laisser leur voiture au garage. De fait, les automobilistes sont de plus en plus nombreux à changer leurs habitudes en substituant à leur véhicule motorisé un deux roues qui a l’immense avantage écologique de ne pas émettre de CO2.

Quant à ceux qui n’ont pas encore cédé à la mode de la petite reine, ils s’en sont toutefois globalement accommodés. Les cyclistes ayant dans le même temps adopté des règles plus strictes en matière de sécurité (casques, gilets de couleur etc.), le nombre d’accidents a nettement baissé, tout du moins aux Etats-Unis.

La vitesse excessive est souvent une des causes majeures des accidents à vélo

L’étude réalisée par le chercheur Peter Jacobson en 2003 s’appuyait sur une théorie simple : plus il ya de cyclistes, moins il y a d’accidents et s’il y a moins de cyclistes il y aura plus d’accidents. La cycliste militante américaine Elly Blue s’est de son côté appuyée sur des données récentes et a notamment observé que l’augmentation constante du nombre de cyclistes dans les villes américaines est allée de pair avec une stagnation voire une baisse du pourcentage d’accidents, preuve que conducteurs et cyclophiles se comprennent de mieux en mieux. « Quant il y a beaucoup de cyclistes sur la route […], les conducteurs deviennent plus attentifs, sont plus précautionneux, vérifient deux fois s’ils ont bien mis leur clignotant, bref réajustent leur comportement. Du coup la route devient plus sûre, probablement pour tout le monde », analyse Mme Blue.

Le tableau n’est cependant pas tout rose, la vitesse excessive ou le non-respect du code de la route de certains automobilistes et du côté des cyclistes l’absence d’équipements de sécurité et une expérience insuffisante des rudiments de la circulation dans les centre-villes continuant de provoquer un nombre substantiel d’accidents.

La prolifération des vélos nécessite donc une vigilance accrue des automobilistes. Il semble que la proportion de ceux qui en ont pris conscience ne cesse de croître. Ce qui pourrait aussi être un argument de nature à persuader les derniers éco-convertis qui n’ont pas encore pris le pli du deux-roues pour leurs trajets urbains…

Crédit photo : flickR-cyclelicious
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • greenauto

    À terme, le vélo devrait être la norme et la voiture n’aurait qu’une valeur d’urgence.