NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Australie : les cyclones après les inondations…

Australie : les cyclones après les inondations...
Les dommages provoqués par le cyclone « Yasi » seront d'après les spécialistes comparables à ceux occasionnés par son aîné « Larry », dont le passage en 2006 est resté dans toutes les mémoires australiennes

Aidée peut-être par le dérèglement climatique, La Nina a perdu la tête et mis celle de l’Australie dans le sac. Groggy par des trombes d’eau, sur le plan environnemental confronté – entre autres – à de graves perturbations au sein de ses écosystèmes, le pays va devoir consentir un important effort financier et en appelle à la solidarité citoyenne pour aider à la reconstruction dans les États du Queensland et de Victoria.

Canberra a prévenu : cette entreprise nécessitera plusieurs années. Le Bureau météorologique du gouvernement, lui, a confirmé la semaine dernière ses premières prévisions selon lesquelles des phénomènes extrêmes viendront ajouter au chaos ces prochaines semaines. Les faits lui ont hélas déjà donné raison avec le passage d’un premier cyclone tropical baptisé « Anthony ».

Celui-ci n’a certes causé que peu de dommages mais un autre, beaucoup plus dévastateur, est actuellement en formation au-dessus de la mer de Corail. La force de « Yasi » a été évaluée à quatre sur une échelle de cinq et la colère doit encore s’abattre sur la côte nord-est du pays, là où le déluge s’est abattu en premier, dès après-demain… Aux dires des météorologues, qui sont en train d’affiner la trajectoire de cette déferlante alimentée par une mousson d’une puissance inhabituelle, son intensité dépassera en outre celle de son aînée « Larry », à l’origine de dégâts considérables en 2006.

C’est un cyclone « énorme et potentiellement meurtrier », a renchéri la Première ministre du Queensland Anna Bligh, qui a appelé ses concitoyens établis en plaine ou près des côtes dans la zone menacée à s’en aller avec leur famille pour se mettre en sécurité. L’évacuation de ladite zone a débuté, la police a été autorisée à recourir à la force si nécessaire et de nouveaux ordres obligatoires seront sans doute émis d’ici ce soir. En attendant les compagnies aériennes ont de leur côté mis en place des vols commerciaux supplémentaires avant la fermeture des plates-formes concernées, vraisemblablement demain matin. Les ports maritimes situés entre Cairns et McKay, au nord de Brisbane, la capitale du Queensland, cesseront eux aussi leurs activités.

Les experts tablent sur des vents soufflant jusqu’à 280 km/h qui pourraient aussi frapper la Grande Barrière de Corail, décidément pas vernie depuis quelques mois. Il est enfin à craindre que des villes comme Mount Isa, pourtant située à près d’un millier de kilomètres à l’intérieur des terres, soient également touchées.

« Ce n’est pas un système qui va toucher rapidement la côte puis s’éteindre », a prévenu Gordon Banks. Les habitants du Queensland n’avaient pas encore pansé leurs plaies. Ils peuvent être sûrs que d’autres vont bientôt s’ouvrir.

Crédit photo : NASA
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • david

    Fait pas bon vivre en Australie…

  • jc

    Bon courage aux Australiens

  • tequilou

    le sort s’acharne!