NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Auchan et la méthanisation des invendus

Quinze magasins Auchan du  nord de la France ont décidé de s’attaquer à l’épineux problème de la gestion des invendus. Puisqu’il est impossible de tout redistribuer aux banques alimentaires, il fallait trouver une solution responsable sur le plan environnemental : la méthanisation des déchets en Belgique.

En toute discrétion, quinze magasins Auchan de la région Nord-Pas de Calais ont pris il ya trois ans l’initiative de gérer durablement leur masse de déchets alimentaires, via le transfert d’une partie d’entre eux outre-Quiévrain. C’est que, comme le déplore le directeur environnement d’Auchan Pierre Frisch, la France a encore des progrès à accomplir dans ce domaine : « Il a fallu se tourner vers la Belgique pour trouver une solution de méthanisation à nos invendus […] La France, qui ne compte aucune usine de méthanisation de taille suffisante près de nos magasins, a beaucoup de retard  ».

Des bennes à ordures spécifiques ont donc été installées aux abords de ces enseignes dans l’optique de collecter et de trier les produits alimentaires qui n’ont pas été achetés. Les invendus, qui sont en général des articles issus des rayons boulangerie ou fruits et légumes ayant dépassé la date limite de péremption, sont pour la plupart confiés à des associations ou à des banques alimentaires mais un stock important est également jeté avec les autres ordures. Dans ces magasins septentrionaux, les déchets sont répartis dans des conteneurs avant d’être envoyés en Belgique. « Nous avons signé un partenariat avec l’industriel belge Vanheede, qui récupère les déchets dans un rayon de 300 kilomètres de son usine. Il dispose d’une machine qui sait séparer l’alimentation de ses emballages, ce qui évite une main-d’œuvre importante », décrypte ainsi M. Fritsch.

La méthanisation : une gestion utile et durable des déchets

Une fois passée la frontière, les emballages sont recyclés. Les matières organiques, elles, sont traitées dans un grand bac qui contient des bactéries chargées de les fermenter, le méthaniseur. La fermentation génère entre 20 et 50 % de CO2 et 50 % de méthane. Celui-ci est utilisé pour faire fonctionner le moteur du générateur d’électricité, lequel assure l’autonomie énergétique de l’usine.

Les supermarchés Auchan qui ont opté pour la méthanisation de leurs invendus  ont livré plus de 3 000 tonnes de déchets l’année dernière, d’où une économie significative de 120 000 euros et la production de 525 mégawatheures. Ce procédé a en outre fait grimper le taux de recyclage à 74 % en 2009, alors que la moyenne du groupe tourne autour de 63 %.

« Nous produisons au total 180.000 tonnes de déchets alimentaires et non alimentaires, dont nous pourrions méthaniser 48.000 tonnes qui ne peuvent être données aux banques alimentaires. Cela représente de 20 à 25 gigawatts de puissance, soit la consommation énergétique de 5.000 ménages », relève M. Fritsch, pour qui il est donc parfaitement envisageable d’aller plus loin. Et de digresser sur la gestion du gaspillage : « Donner aux banques alimentaires, c’est bien, moralement, mais nous préférerions tout vendre évidemment. En tant que commerçants, les déchets sont malgré tout inévitables. Nous sommes tenus de prendre des risques en achetant de grandes quantités, pour proposer des promotions attractives par exemple. Nous nous reconnaissons donc un certain droit à l’erreur ». L’erreur n’en est toutefois plus vraiment une quand les déchets sont traités de manière écoresponsable.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • daniel d

    Article “techniquement” très intéressant mais vous partez d’un postulat presque entièrement faux : Auchan (et les autres grandes surfaces) pourraient presque tout distribuer aux banques alimentaires et autres Restos du Coeur…Ce n’est qu’une question de volonté.