NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Les insectes deviendront le futur de l’alimentation

Les insectes deviendront le futur de l’alimentation
Une vision peu appétissante pour nombre d’entre nous mais qui pourrait à terme devenir le quotidien de l’Homme. Afin de préserver la planète et notre porte-monnaie quand la viande sera inabordable, les insectes seront là en guise de substituts

Imaginez d’ici dix ans des scorpions, des sauterelles, des mouches ou encore des termites dans votre assiette à la place de votre entrecôte. Une vision peu ragoutante pour bien des Occidentaux qui, étant donné l’avenir de la viande, vont pourtant devoir s’y faire. L’augmentation de la population mondiale continue en effet à un rythme que les élevages d’animaux ne peuvent pas suivre. De fait le prix de toutes les viandes est amené à aller crescendo.

D’après le professeur Marcel Dicke, de l’Université de Wageningen (Pays-Bas), cette idée est à accepter le plus rapidement possible, d’autant qu’il s’agit selon ses dires et ceux de la FAO (Food and Agriculture Organization) d’une alternative est tout à fait saine pour le corps, l’esprit et la planète. L’étude dont il est l’auteur principal a montré que nous n’aurons plus vraiment le choix d’ici le début de la prochaine décennie. Elle plaide aussi pour une généralisation de la vente d’insectes à des fins alimentaires, de sorte à banaliser au maximum ce qui aujourd’hui encore semble au-dessus de bien des forces (NDLR : les scarabées et les cafards, les mouches, les poux, les cigales, les abeilles et les guêpes, les fourmis, les termites, les papillons, les libellules, les criquets et les sauterelles sont aujourd’hui les insectes les plus consommés dans le monde).

Dans plus de 80% des pays du monde, la plupart en développement (PED), il est commun de trouver des insectes au menu. Il faut dire qu’ils regroupent tous les nutriments nécessaires et se trouvent en abondantes quantités. Peu gras, pleins de protéines, peu polluants : la liste de leurs bienfaits est longue.

Cécile, journaliste, revient de quelques mois de vadrouille en Asie, où elle a pu franchir le cap. « Cela ne ressemble à rien de ce qu’on connait ! En général c’est gras et croustillant, car grillé ou frit. Les crickets ressemblent à du poulet fumé et les pattes de tarentules à des crackers en stick », témoigne-t-elle. Elle se dit « prête à en remanger, mais sûrement pas en tant que nourriture principale ». Un point de vue sans doute partagé par la majorité de nos concitoyens qui ont eux aussi tenté l’expérience. Tous vont devoir changer de mentalité, car plutôt que d’expérience il faudra à terme parler de nécessité.

Crédit photo : flickr - avlxyz
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jf

    J’avoue ne pas me sentir prêt pour se genre d’alimentation…

  • pierre d

    Le green, le bio, l’AB, l’Amap je gère, les insectes c’est mort…

  • jc

    J’espère sincèrement que les prévisions sont fausses, parce que si les insectes sont dans nos assiettes dés la prochaine décennie…ça va être TRÈS dur!

  • daniel d

    Vivement l’édition 2020 de Top Chef…