NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Des insectes dans les assiettes ? La planète dirait merci…

Des insectes dans les assiettes ? La planète dirait merci…
Une assiette de grillons frits ? Voilà une idée de menu venue du Laos qui pourrait en rebuter plus d’un. Elle serait pourtant autrement plus bénéfique pour la planète que nos propres habitudes alimentaires

Tout un chacun peut lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES). Y compris en intégrant quelques insectes dans son régime alimentaire…

Il y a quelques mois, la Food and Alimentation Organization (FAO) s’est prononcée pour davantage d’insectes dans nos assiettes. Un rappel surtout destiné aux populations occidentales dans la mesure où les quatre cinquièmes des habitants de la planète ont déjà pris cette habitude. La raison de cette requête ? Généraliser cette pratique, et par conséquent substituer aux bovins et autres porcs des insectes, diminuerait sensiblement les émissions de gaz à effet de serre (GES) engendrées par l’agriculture d’élevage, qui compte pour un cinquième des rejets carbone mondiaux.

Déjà à l’origine du rapport de la FAO, une équipe de chercheurs de l’Université de Wageningen (Pays-Bas) dirigée par l’entomologiste Arnold van Huis vient de publier dans la revue spécialisée Plos One une nouvelle étude. Elle a cette fois quantifié la production de trois GES générés par les insectes – le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (NH4) et le protoxyde d’azote (N2O) – ainsi que celle d’ammoniac (NH3).

Cinq espèces ont été spécifiquement examinées : Tenebrio molitor (ténébrion meunier)Acheta domesticus (grillon domestique), Locusta migratoria (locuste migratoire), Pachnoda marginata (cétoine marginée du Kenya) et Blaptica dubia (blatte géante d’Argentine), les trois premières étant parfaitement comestibles. Les résultats ont montré que leur production de méthane et de protoxyde d’azote était quasiment nulle, ce qui n’est pas négligeable lorsqu’on sait que ce premier gaz, sensiblement plus puissant que le CO2 en terme de contribution à l’effet de serre, est produit lors de la digestion des ruminants et que le second l’est par l’urine et le fumier des animaux. Un constat analogue a été établi concernant la production d’ammoniac, également présent dans l’urine et le fumier, en partie responsable de l’acidification des sols et beaucoup plus discret dans le monde des insectes.

Barrière culturelle

De grandes différences ont en revanche été observées pour le CO2, les quantités émises variant sensiblement d’une espèce à l’autre. Ramenées au taux de croissance de ces mêmes insectes, celles-ci deviennent toutefois quatre fois moins importantes que celles générées par les porcs… et cent fois moins que celles produites par les bovins. Ces fortes disparités pourraient être dues au fait que, contrairement aux mammifères qui ont une température corporelle stable, celle des insectes est variable et adaptable, ce qui fait qu’ils ne dépensent pas d’énergie pour se réchauffer…

Tous ces avantages devraient permettre aux insectes d’avoir un accès renforcé à nos estomacs. Il n’y a au bout du compte que dans les pays occidentaux qu’ils sont bloqués, très probablement par une barrière culturelle. Ailleurs les insectes sont pourtant réputés pour être de véritables concentrés de protéines. Il y a aussi une large palette de goûts à disposition des papilles puisque, sur les 900 000 espèces d’insectes connues à ce jour, près de 1 500 se dégustent sans danger, sachant que beaucoup d’autres n’ont encore jamais été goûtées.

L’auteur américain David George Gordon a publié à la fin des années 90 deux livres traitant des nombreuses manières de conjuguer cuisine et insectes, The Compleat Cockroach et le livre de recettes Eat-a-Bug Cookbook. Cuistots en chef ou amateurs pourront essayer de les saupoudrer avec de l’origan ou de la coriandre, deux épices capables elles aussi de lutter contre les émissions de GES…

Crédit photo : Wikimedia Commons – Chaoburus / Jim Champion
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !