NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Algues vertes : NKM décide de fermer des plages

http://www.zegreenweb.com/files/EFS2011_1.jpg

Le verdict est rendu, les algues vertes sont bel et bien responsables des multiples décès de sangliers constatés ces dernières semaines. Nathalie Kosciusko-Morizet a donc profité d’un déplacement sur les côtes normandes, hier, pour réagir aux derniers résultats et ordonner la fermeture des plages qui ne peuvent pas être nettoyées.

La décision de la ministre de l’Ecologie est sans appel. Alors qu’elle était en déplacement hier à Courseulles (Calvados), Nathalie Kosciusko-Morizet a pris des dispositions concernant les plages envahies d’algues vertes. « La priorité dans ce contexte c’est l’application des mesures de protection : aucune plage où les algues vertes ne peuvent être ramassées toutes les 24 heures ne doit être fréquentée », a-t-elle déclaré, conformément à la loi. « C’est une exigence que j’ai réaffirmée de manière très très stricte après avoir reçu les analyses. » En effet, les résultats des derniers examens pratiqués sur un cadavre de ragondin retrouvé à Gouessant (Côtes d’Armor) ont été publiés ce week-end, et confirment la responsabilité des algues vertes dans la mort de divers animaux. Les analyses ont révélé la présence d’hydrogène sulfuré (H2S), gaz toxique dégagé lors de la décomposition des algues, dans les poumons du ragondin, à hauteur de 2,45 mg/kg. Une donnée qui correspond aux précédentes expertises réalisées sur cinq ou six sangliers. On notera également que selon le rapport d’analyses réalisées par le laboratoire de l’école de santé de Rennes, « les recherches sur la présence éventuelle d’anatoxines de type A produites par des cyanobactéries dans le lit du Gouessant sont négatives ». Les algues vertes sont donc seules coupables.

L’agriculture mise en cause

Pour l’heure, aucune plage n’a été fermée suite aux déclarations de la ministre, exceptée celle de Morieux où trente-six cadavres de sangliers avaient été découverts courant juillet. Cependant, plusieurs scientifiques mettent en garde contre les dangers des algues vertes, à l’image de Claude Lesné, spécialiste des polluants de l’air et ancien chercheur au CNRS. « Il ne faut pas se baigner là où il y a des paquets d’algues. On a longtemps prétendu que les algues vertes ne présentaient aucun danger. Non. C’est malsain, reconnaît le docteur. Dans ces paquets, celles du dessus sont vivantes, mais celles du dessous sont déjà mortes, en décomposition. Ce sont des milieux où prolifèrent de nombreuses bactéries, telles que des Escherichia coli. » De plus, le scientifique a constaté plusieurs cas de réactions cutanées sur des enfants qui jouaient dans les algues, qui ressemblent à « des brûlures chimiques ».

Devant de telles conclusions, Nathalie Kosciusko-Morizet a exigé que le « Plan algues vertes », lancé dans huit baies bretonnes, soit « mis en œuvre de toute urgence car, un jour, il faut que ça s’arrête et ça fait vingt ou trente ans que ça dure. » Pour la ministre de l’écologie, la prolifération des algues vertes est largement due aux « rejets de nitrates dans les rivières », conséquence directe des méthodes employées dans l’agriculture intensive : « on ne résoudra rien en laissant l’agriculture telle qu’elle est. (…) Mais on ne la transformera pas en quelques années car cela concerne des centaines d’exploitations. » Le ton est donné.

Crédits photos : flickr - Katja / Nathalie Kosciusko-Morizet
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !