NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Algues vertes : Nicolas Sarkozy défend les agriculteurs

Algues vertes : Nicolas Sarkozy défend les agriculteurs
Nicolas Sarkozy est allé au devant des conclusions des experts hier en affirmant que la pollution aux algues vertes en Bretagne n'est pas le fait des agriculteurs.

Pour ceux qui en doutaient encore, et bien qu’il ne se soit pas encore officiellement porté candidat, le président sortant est en campagne.

Malmené dans les sondages, il pourrait être le premier chef de l’État depuis Valéry Giscard d’Estaing en 1981 à échouer à être réélu. Nous n’en sommes pas encore là et il faudra bien entendu compter sur la capacité à rebondir de M. Sarkozy, qui pour l’heure s’emploie à ménager sa base électorale. Ses détracteurs lui reprochent régulièrement sa propension à stigmatiser et à diviser – pour mieux régner – mais s’il y a bien une catégorie socio-professionnelle qu’il caresse dans le sens du poil, ce sont les agriculteurs. Prononcée lors du Salon de l’Agriculture 2010 et restée dans toutes les mémoires ou presque, sa petite phrase « l’environnement, ça commence à bien faire » en a témoigné, tout comme sa prise de position à la suite de la campagne de France Nature Environnement en amont de l’édition 2011, jugée inconvenante à l’égard du secteur primaire.

En déplacement hier sur la presqu’île de Crozon (Finistère), dans un département trop souvent en proie à des pollutions aux algues vertes dont tous les spécialistes s’accordent à dire qu’elles sont le fait de l’agriculture intensive, M. Sarkozy lui a de nouveau apporté son soutien hier. Comme lorsqu’il a affirmé que le réacteur EPR (Evolutionary Power Reactor) pouvait résister à un crash de gros-porteur, le chef de l’exécutif est une nouvelle fois allé à l’encontre des conclusions émises par les experts, estimant que les agriculteurs bretons ne sont « pas coupables de choix économiques qui ont été faits il y a bien longtemps ». Et de souligner les « énormes progrès » accomplis en termes de protection de l’environnement, bien qu’ils ne sautent pas aux yeux en Bretagne.

Les écologistes assimilés à des intégristes

« Il y a toujours les intégristes qui vont protester et on n’entend qu’eux », a ajouté l’Élysée, fustigeant d’un seul coup de griffe Europe Écologie-Les Verts (EELV) et les associations de protection de la nature et dont les propos ont été jugés « profondément décevants » par l’ONG Eau et Rivières de Bretagne, selon laquelle « le président de la République abuse l’opinion et rend un bien mauvais service à la protection du littoral ». Présidente de Cap 21 et ancienne ministre de l’Environnement, Corinne Lepage a pour sa part évoqué un « déni de réalité ».

Les allégations présidentielles sur les algues vertes ont largement éludé les propos sur la méthanisation, qui sera encouragée pour permettre aux agriculteurs « à la fois de protéger l’environnement et de créer des sources de revenus », sur le nucléaire, une « solution écologique » précieuse dans la lutte contre l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre (GES), et sur l’énergie éolienne, domaine dans lequel la Bretagne a aux dires de M. Sarkozy « une carte à jouer ». Son engagement à allouer davantage de fonds aux communes touchées par les marées vertes, notamment pour le ramassage, ne pouvait quant à lui indisposer personne.

Le message de fond n’en est pas moins limpide : l’Élysée défendra coûte que coûte les agriculteurs. Quitte à flirter avec la mauvaise foi.

Crédit photo : Wikimedia Commons – Thesupermat
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • polo

    Bonne stratégie de la part de l’UMP mais bon… j’suis pas convaincue que ca fonctionne vraiment. Enfin nous verrons bien :)

  • vtourisme

    En même tps, il a pas trop de choix…