NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Alerte aux algues bleues

Alerte aux algues bleues
Situé en amont du barrage éponyme et très apprécié des estivants, le lac de Villerest est en proie à une pollution aux algues bleues qui a conduit la municipalité à interdire la baignade et les activités nautiques

Il y avait déjà les algues vertes ou « marées » vertes, rendues plus discrètes cet été sur le littoral breton, tout du moins dans les Côtes-d’Armor, par une conjoncture météorologique favorable mais qui n’en demeurent pas moins à juste titre une préoccupation gouvernementale. Il y a désormais aussi, et c’est une autre gangrène sur laquelle les autorités seraient inspirées de se pencher au plus vite, les algues bleues, qui prolifèrent sur les plans d’eaux ensoleillés, isolés, riches en azote et en phosphore. Encore peu médiatisées, celles-ci ont toutefois récemment investi une partie de la Loire mais aussi un étang dordognais et incitent à la plus grande vigilance.

Outre leur aspect « hostile » elles pourraient en effet présenter des risques pour la santé humaine, d’où la fermeture provisoire mais totale de l’accès au lac artificiel de Villerest (Loire), au sud de Roanne, via un arrêté municipal promulgué mardi dernier en fin de journée. La baignade et les activités nautiques (canoë, pédalo, planche à voile) avaient déjà été interdits quatre jours plus tôt, « en attendant les résultats des analyses », a précisé un porte-parole.

La pollution dudit lac, situé en amont d’un barrage, long de trente-six kilomètres et d’une superficie de sept cent soixante-dix hectares (NDLR : ce qui fait de lui le plus étendu sur la Loire), rappelle par ailleurs les désagréments environnementaux que peut occasionner l’énergie hydro-électrique, certes « propre » sur le papier mais qui peut être plus encore que les autres doit supposer des études d’impacts préalables particulièrement poussées.

La préfecture de la Dordogne a emboîté le pas de la mairie de Villerest en proscrivant à son tour la baignade dans l’étang de Saint-Estèphe, lequel est lui aussi victime d’une « concentration de cyanobactéries supérieure au seuil normalement toléré », a-t-elle indiqué.

Révélée par des analyses réalisées par l’Agence régionale de santé (Aquitaine), elle dépasserait le million par millilitre, soit plus de deux fois le seuil motivant une interdiction. « Les cyanobactéries peuvent libérer des toxines qui irritent la peau mais aussi des hépatotoxines ou des neurotoxines », a ajouté Jean-Claude Frochen, ingénieur sanitaire à la Délégation de Dordogne de l’Agence régionale de santé.

Il y a donc bel et bien de bonnes raisons de prendre la « menace bleu » très au sérieux.

Crédit photo : Wikimedia Commons - MOSSOT
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • http://alijordan.com/ cheap nike air max outlet

    cheap nike air max outlet…

    In order to better show the player’s court ruling, Jordan brand baketball launched the new Super.Fly 5. Super.Fly 5 design inspiration from Blake Griffin (Griffin Blake) in the field of flight performance. Griffin as a source of inspiration, Jordan de…