NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

Aeromexico opère le premier vol transatlantique commercial alimenté en biocarburant

Aeromexico opère le premier vol transatlantique commercial alimenté en biocarburant
Pour la première fois un avion de la compagnie mexicaine Aeromexico a traversé l’Atlantique en ayant recours à un biocarburant

Décidément du côté des compagnies aériennes, le recours aux biocarburants semble être devenu tendance. Outre l’aspect « respect de l’environnement », elles espèrent surtout alléger le plus possible leurs charges. En effet, elles vont devoir se plier à de nouvelles règles afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) : dès janvier prochain, pour survoler le Vieux Continent elles devront acheter des permis de polluer et en Australie, une taxe carbone devrait bientôt être imposées aux gros pollueurs. Chacune y va donc de sa propre expérimentation, Lufthansa, Air France – KLM et Finnair étant déjà par exemple sur le coup. Mais la compagnie aérienne mexicaine Aeromexico, les a largement devancé en opérant le premier vol transatlantique commercial alimenté en biofuel à base d’huile de jatropha. Un Boeing 777-200ER en provenance de Mexico, s’est ainsi posé à Madrid, le 2 août dernier. A son bord, les deux cent cinquante passagers ne se sont doutés de rien, pourtant le réservoir de leur avion était rempli de 30% par de l’huile de jatropha et de 70% par du kérosène traditionnel. Fier de l’exploit, Aeromexico a d’ores et déjà annoncé que cinquante deux vols supplémentaires utilisant du biocarburant auront lieu dans les mois à venir. Une liaison hebdomadaire à destination de San José du Costa Rica sera en effet assurée dans des conditions similaires.

Mais pour l’heure, le recours au biokérosène est encore loin d’être rentable. D’après José Luis Barraza, le président d’Aeromexico, il reste près de dix fois plus onéreux que le kérosène classique. Pour la compagnie la facture est donc salée puisqu’il aura fallu, pour assurer ce vol transatlantique, 26 000 litres de biofuel à base d’huile de jatropha. Si les passagers n’ont pas vu – et ne devraient pas voir- le prix de leur billet augmenter, en revanche, la compagnie devra quant à elle débourser près de 500 000 dollars supplémentaires (350 000 euros) pour assurer les vols vers le Costa Rica.

Le choix de cette plante pour la production de biocarburant est vivement critiquée par les ONG qui estiment, qu’outre sa participation à la déforestation, le jatropha pousse bien souvent sur des terres arables qui pourraient être mieux utilisées en ces temps de crise alimentaire. Ainsi, si les compagnies aériennes parviennent à réduire leurs émissions de CO2 durant le vol leurs efforts sont largement remis en cause. Tout comme  la cameline ou  l’huile de palme, le jatropha est une fausse bonne solution pourtant largement subventionnée par les états. Mieux vaudrait donc emboîter le pas à Air France – KLM qui a opté pour un carburant à base d’huile de friture, moins critiquable sur le plan environnemental…

Crédits photos : flickr – Briyyz / Lawren 48
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • gerardd02

    il ne faut pas dire biocarburant mais AGROCARBURANT car il provient de l’agriculture .