NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

À New Delhi la pollution retire 10 ans à l’espérance de vie d’un citoyen

New Delhi est, depuis sa création au début du 20ème siècle par les colonisateurs britanniques, la capitale de l’Inde. Elle abrite actuellement plus de 21 millions d’habitants, ce qui en fait une des villes les plus peuplées du sous-continent indien mais également du monde. Chaque jour, ce ne sont pas moins de 2.500 nouveaux véhicules qui sont enregistrés par l’administration indienne : on estime aujourd’hui à 10 millions le nombre de véhicules en circulation dans la capitale indienne. Un phénomène qui fait peser un risque écologique au pays et sanitaire à ses citoyens.

Le secteur des transports constitue la deuxième source de pollution aux particules fines à New Delhi. Selon une étude récemment publiée par l’institut de politique énergétique de l’université de Chicago, la capitale indienne a connu une concentration annuelle de particules fines de 113 microgrammes par mètre cube d’air en 2016.

Ce phénomène entraîne une véritable réduction de l’espérance de vie des citoyens indiens : les experts de l’Université de Chicago estiment en effet que cette concentration de particules fines provoquerait une réduction moyenne d’espérance de vie de 10,2 ans pour un habitant de New Delhi.

L’Organisation Mondiale de Santé conseille de ne pas excéder les 10 microgrammes de particules fines en concentration annuelle. D’un diamètre égal “au trentième de celui d’un cheveu humain”, ces particules en suspension sont un véritable fléau pour le métabolisme humain : en s’infiltrant dans le sang via les poumons, elles accentuent les risques de maladies cardiovasculaires et les cancers des poumons.

De manière plus globale, l’étude américaine estime que les citoyens du monde entier ont perdu en moyenne 1,8 an d’espérance de vie à cause de la pollution atmosphérique en 2016. Un chiffre qui la place donc comme le principal danger à la santé pour l’homme, devant le tabac (1,6 an), l’alcool et les drogues (11 mois) ainsi que devant la guerre et le terrorisme (22 jours).

“À travers le monde aujourd’hui, les gens respirent un air qui pose un grave risque à leur santé”, a déclaré Michael Greenstone, directeur de l’institut de politique énergétique de l’université de Chicago.

La pollution aux particules fines découle principalement de notre consommation de combustibles fossiles polluants. C’est en Asie du Sud et de l’Est que se trouvent les plus fort taux de concentration de particules fines dans l’atmosphère. En 2016 un habitant de Pékin, la capitale chinoise, a perdu en moyenne 5,7 ans d’espérance de vie en raison de la pollution atmosphérique.

Malgré ce chiffre particulièrement élevé, la pollution atmosphérique s’est largement inscrite à la baisse ces dernières années en Chine. Face aux problèmes sanitaires que représente les particules fines, le gouvernement chinois a pris le problème à bras le corps et a lancé de nombreuses mesures visant à réduire la consommation de produits pétroliers.

Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !