NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

+2°C dès 2030 ?

+2°C dès 2030 ?
Les températures pourraient augmenter de deux degrés celsius dans de nombreuses régions du monde dès 2030

Jugé fatidique par la plupart des scientifiques, le seuil des deux degrés celsius sera-t-il franchi plus vite que ne l’ont prévu les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) dans leur dernier rapport général d’évaluation, publié en 2007 et qui, accumulation de mauvaises nouvelles oblige, paraît aujourd’hui bien optimiste ? La hausse du thermomètre mondial atteindra-t-elle des proportions mortelles pour l’espèce humaine d’ici ou même avant le milieu du siècle ?

La communauté internationale a beau être empêtrée dans des négociations d’une extraordinaire complexité, les sommets onusiens ont beau ne pas répondre aux attentes d’une opinion publique mondiale de plus en plus inquiète, même si les thèses des « climato-sceptiques » conservent une certaine popularité, en particulier de l’autre côté de l’Atlantique, ces questions se doivent d’être posées. L’érosion constante de la calotte glaciaire et la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes (y compris aux états-Unis) et des sécheresses, en France et dans la Corne de l’Afrique pour ne citer que ces deux exemples, ne sauraient laisser les pouvoirs publics de marbre.

Certains, au pouvoir ou qui pourraient y accéder, continuent pourtant de faire comme si de rien n’était. Parce que n’ayant jamais prêté une oreille attentive et complaisante aux discours environnementalistes, fussent-ils corroborés par la science, parce que l’écologie a un coût qu’ils jugent rédhibitoire, à plus forte raison dans un contexte économique difficile voire, plus grave, parce que dans leur esprit le réchauffement climatique n’est rien d’autre qu’une vue de l’esprit ou à tout le moins une fatalité par définition impossible à combattre. On pense ici bien sûr aux républicains américains, qui font tout pour que le vert ne s’immisce pas le fruit. Problème : des millions de leurs concitoyens sont eux aussi à des années-lumières de ces considérations, persuadés qu’ils sont – à tort, la recrudescence du nombre de tornades le prouve – que l’Oncle Sam n’est pas et ne sera jamais concerné.

De nombreuses zones gravement menacées dès 2030 ?

En partant du principe que la hausse des émissions de gaz à effet de serre (GES) favorise celle des températures et que les décideurs traînent les pieds pour mettre au point des politiques susceptibles de réduire significativement lesdits rejets, ceux-ci étant a contrario en perpétuelle augmentation dans le trio de tête Chine-États-Unis-Inde, il y a tout lieu de subodorer un réchauffement catastrophique indépendamment des frontières. De nombreuses régions d’Europe, d’Asie, d’Afrique du Nord et du Canada pourraient voir leurs températures croître de deux degrés celsius dès 2030, estiment ainsi des scientifiques des universités britanniques d’Oxford et de Reading, du UK’s Met Office Hadley Center et de l’Université Victoria de Wellington (Nouvelle-Zélande).

Pour y remédier, ces derniers enjoignent à leur tour les autorités à prendre des mesures fortes pour diminuer leurs émissions de CO2. « Sans engagements fermes en vue de mettre en place des mécanismes pour les contenir puis les réduire drastiquement, les risques sont élevés que l’objectif d’une augmentation des températures en-deçà des deux degrés celsius ne soit pas atteint », ont renchéri des experts de l’Institute for Atmospheric and Climate Science de Zurich (Suisse), de l’Institut pour la Recherche sur l’impact climatique de Potsdam (Allemagne) et du UK’s Met Office Hadley Center (Grande-Bretagne).

On ne saurait être plus explicite.

Crédits photos : flickr – Houbazur / Kerry Vaughan
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

  • jipebe29

    On nous a déjà fait le coup de la terreur et de la culpabilisation, en publiant avec force commentaires catastrophistes une prévision de +2,4°C entre 2011 et 2020, émanant d’une ONG argentine…. Vous confondez météo et climat, et vous rapportez tout à un réchauffement climatique (anthropique, bien sûr), source présumée de tous les maux de la Terre, alors qu’il n’existe plus depuis 1999 (mesures satellitaires UAH et RSS). Donc les évènements météo dont vous parlez proviennent de la variabilité naturelle, comme cela fut le cas depuis des millénaires. Car, si la fonte de la mer de glace arctique au cours de l’été polaire a été plus forte depuis 2007 (et la reconstitution hivernale un peu en dessous des années antérieures), l’Antarctique a regagné 1,7 millions de km2, alors qu’il aurait dû se comporter, selon vous, comme l’Arctique. En fait, il n’y a pas de climat global, mais des climats régionaux, et l’action du CO2 est parfaitement négligeable (sauf pour les plantes qui l’adorent…).

  • visiteur

    @jipebe, sans être spécialistes du réchauffement climatique, on peut quand même constater avec de simples thermomètres de jardin, une feuille millimétrée et des relevés des températures passées que la moyenne des températures augmente, non ?
    Depuis des millénaires, il y a sans doute eu une certaine variabilité naturelle, mais il ne vous aura sans doute pas échappé que la population sur Terre a quelque peu augmenté depuis 2 ou 3000 ans, de même que l’activité industrielle et le nombre de voitures ? Il paraît donc difficile de tirer des conclusions quant à l’origine anthropique ou non du réchauffement climatique à partir de seules références passées.

  • jipebe29

    @visiteur
    T a augmenté de 0,7°C depuis 1850 (fin du Petit Age Glaciaire). C’est fort peu, et les mesures de T sont délicates : problèmes de localisation des centrales de mesures, effet de chaleur urbaine, précision des mesures, répartition géographiques des centrales de mesures, traitement et ajustement des données, … Donc, ce n’est pas si simple, et utiliser des thermomètres et du papier millimétré en quelques endroits n’est pas significatif. Nous pouvons toutefois accorder du crédit aux mesures satellitaires, qui couvrent à peu près toute la planète, y compris les océans, lesquels ne sont pas couverts par les centrales de mesures. Ce que l’on sait, c’est que depuis 1999, T n’augmente plus, quoique le taux de CO2 troposphérique augmente (mais on ne sait pas quelle en est la part anthropique – elle est sans doute marginale, mais ce n’est qu’un avis personnel). On sait aussi que la seule période de covariation nette CO2-T est courte : de 1980 à 1998, et l’on sait que la pente de croissance de T sur cette période est identique à celle de la période 1910-1940, alors que le taux de CO2 y avait très peu varié. La supposée relation de causalité CO2-T n’est qu’une hypothèse par défaut, et elle n’a jamais été prouvée. Donc, convenons que nous sommes en Terra Incognita, et qu’il est prématuré de conclure dans un sens ou dans l’autre. Cordialement.

  • http://NaturesHealthyBounty.com essential oils for perfect wellness and health

    essential oils for perfect wellness and health…

    [...]Here are a number of the sites we advise for our visitors[...]…

  • http://valtrexanswers.com/ Heart Problems

    Heart Problems…

    [...]Wonderful story, reckoned we could combine several unrelated data, nevertheless actually worth taking a look, whoa did one particular discover about Mid East has got extra problerms also [...]…

  • http://a1classiccar.com/ build your own car

    build your own car…

    [...]below you’ll come across the link to some web-sites that we believe you must visit[...]…

  • https://sattamatka.center/ non echical hacking

    non echical hacking…

    [...]Here are a number of the web-sites we recommend for our visitors[...]…

  • https://www.aftonbladet.se nyheter

    nyheter…

    [...]usually posts some extremely interesting stuff like this. If you’re new to this site[...]…