NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !

« Désimprimer », c’est possible !

« Désimprimer », c'est possible !
Des scientifiques de la prestigieuse Université de Cambridge (Grande-Bretagne) cherchent à mettre au point une « non-imprimante » qui pourrait amener de substantielles réductions de l'utilisation de papier, notamment dans les bureaux

Des chercheurs de l’Université de Cambridge (Grande-Bretagne) pourraient avoir trouvé la clef pour une utilisation quasi-infinie du papier. Peut-être un grand pas pour l’Homme et pour la protection de l’environnement

Conduite par David Ayala-Leal, l’équipe de scientifiques a développé une technologie laser capable d’effacer presque intégralement les éléments imprimés sur une feuille de papier. Une première étape, décisive et incontournable, vers ce que ce panel appelle une « non-imprimante ». Il s’agira ensuite de « trouver quelqu’un pour construire un prototype », mais aussi – surtout – de dégager un niveau d’énergie suffisamment important pour une suppression totale, sans toutefois altérer le support papier.

« Grâce aux imprimantes et aux numérisateurs au laser, la faisabilité pour la réutilisation du papier au bureau existe », a cependant assuré Julian Allwood, directeur du Low Carbon Materials Processing Group, dont les déclarations ont été reprises par nos confrères du site canadien Tvanouvelles. « Le papier ne souffre pas de dommages mécaniques significatifs », ont par ailleurs certifié les chercheurs, qui ont éprouvé leur innovation sur une imprimante laser-photocopieuse Toshiba en utilisant une variété de lasers.

Le toner bleu de celle-ci a donc pu être presque complètement effacé grâce à leur technique, qui consiste en des vaporisations de particules. Il semble néanmoins peu probable qu’elle soit efficace (ou à tout le moins qu’elle fonctionne aussi bien) sur les imprimantes à jet d’encre, où le colorant est absorbé par le papier.

Reste que si un laps de temps conséquent devrait s’écouler entre le perfectionnement de cette technologie et sa commercialisation, on peut tout de même se prendre à rêver d’une réduction spectaculaire des quantités de papier utilisées pour nos imressions. Allègrement gaspillé au quotidien, et notamment dans les bureaux du monde entier, malgré de réels efforts en matière de recyclage et de dématérialisation, il pourrait être utilisé de manière beaucoup plus responsable au cas où M. Ayala-Leal et ses troupes parviendraient à convaincre les industriels. Même si, auquel cas, certains lobbies risqueraient fort de freiner des quatre fers…

Les chercheurs espèrent des diminutions importantes d’émissions de gaz à effet de serre (GES) et estiment, a priori à juste titre, que leur trouvaille pourrait favoriser la protection des forêts primaires, dont la superficie à l’échelle mondiale est en perpétuelle diminution. À défaut de résoudre seule ce problème environnemental majeur, la « désimpression » constituerait en la matière une avancée déterminante. D’où l’intérêt de ne pas s’arrêter en si bon chemin…

Crédits photos : Wikimedia Commons - JackPotte / flickr – Andres Rueda
Suivez toute l'actualité sur ce sujet et sur le développement durable avec le flux RSS

GD Star Rating
loading...

NEWSLETTER :

Recevez chaque semaine le meilleur de zegreenweb !